Fuyant (l’)horizon

Dans la première de ses Onze études sur la poésie moderne, Jean-Pierre Richard aborde la poétique de Reverdy à travers deux motifs centraux : la cloison et l’horizon. Ces motifs se comprennent selon un mouvement dialectique : le premier, quasi obsessionnel, n’est dépassé qu’en tant qu’il se dissipe dans l’horizon lointain. En cela, la poétique de Reverdy peut être envisagée comme une tentative, toujours vaine, mais chaque fois renouvelée, pour se défaire des murs – dans le poème suscité : “le filet qui emprisonne ses mailles” – qui enserrent la matière et l’existence.