Un Pégase contre l’oubli

Une critique de L'Oublieuse mémoire de Jules Supervielle (1949) J'aurais rêvé ma vie à l'instar des rivières Vivant en même temps la source et l'océan Sans pouvoir me fixer même un mince momentEntre le mont, la plaine et les plages dernières Suis-je ici, suis-je là ? Mes rives coutumières : Changent de part et d'autre… Lire la suite Un Pégase contre l’oubli

Le Dieu-poète est un créateur malheureux

Une critique de La Fable du monde de Jules Supervielle (1938) La Fable du monde nous donne à lire l'image d'un Dieu-poète en prises avec les mille êtres qu'il entend au fond de lui et qui lui mandent de les faire naître. Première parenthèse à propos de ce Dieu-poète : Supervielle se plaisait à dire qu'il… Lire la suite Le Dieu-poète est un créateur malheureux